a

Hi there! This is Esben, an elegant photography theme. Are you ready to show your work to the world?

INSTAGRAM

Back to Top

VOYAGE EN NOUVELLE-ZÉLANDE

VOYAGER EN NOUVELLE-ZÉLANDE

Pour inaugurer cette partie blog, je vais commencer par vous parler de la Nouvelle-Zélande. Après avoir voyagé et travaillé pendant un an dans cette fabuleuse contrée, je vous compile par ici quelques conseils. Cet article n’a pas la prétention d’être exhaustif mais plutôt de vous donner quelques billes afin de préparer votre voyage. N’hésitez pas à partager cet article à vos ami-e-s qui ont prévu de voyager là-bas.


Quelques données sur la Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande est située en Océanie, à l’Est de l’Australie. Elle possède plusieurs surnoms, « Aotearoa » en maori qui veut dire « long nuage blanc » ou encore « Shaky islands » puisqu’elle se situe à la fois sur les plaques tectoniques du Pacifique et de l’Australie. Ces dernières étant en constant mouvement, le pays dispose d’une forte activité géothermique et des tremblements de terre réguliers. 

La Nouvelle-Zélande est composée de deux îles, l’île du Nord et l’île du Sud, qui sont bordées par la mer de Tasman et l’océan Pacifique Sud. Elle s’étire sur 1 600 kilomètres et dispose d’une variété incroyable de climats et de paysages : lacs, montagnes, volcans, bords de mer, fjords, glaciers… Autant dire qu’il y a de multiples choses à faire et à voir. 

Source : universalis.fr

L’île du Nord concentre la plus grande partie de l’activité économique ainsi que les trois quarts de la population. On y trouve de nombreuses grandes villes comme Wellington, Auckland, Tauranga et des plus petites villes très charmantes : Napier (la ville art-déco), New Plymouth (la ville des surfeurs) ou encore Rotorua (fief de la culture maorie).  

L’île du Sud est moins peuplée et plus sauvage. Elle regorge de randonnées et de paysages variés. On trouve des vignobles dans le nord, une nature particulièrement abondante sur la côte Ouest avec des cascades, forêts, rivières (…) et les fameux fjords dans le sud. Elle est traversée par une chaîne de montagnes prénommée les Alpes du Sud où l’on peut skier/snowboarder à Queenstown, Cadrona ou Treble Cone. Sur la côte Est, on peut s’adonner à l’observation de lions de mer, baleines ou encore aller se balader dans les villes de Christchurch (la plus grande ville de l’île marquée par un séisme très important en 2011), Dunedin (ville estudiantine) ou encore Akaroa (un village d’influence française sur la péninsule de Banks).

Pour passer d’une île à l’autre, vous avez deux options possibles : soit vous prenez le ferry dans les villes de Wellington (île du Nord) et Picton (île du Sud), il faut compter 3 heures de traversée. Deux compagnies assurent le voyage : Bluebridge et Interislander. Soit vous privilégiez l’avion (surtout si votre séjour est plus court) et dans ce cas, vous avez plus de choix sur les villes de départ et arrivée : Auckland, Wellington, Christchurch, Queenstown, Dunedin ou Rotorua.

De manière générale, les néo-zélandais, surnommés les « Kiwis » (comme le fruit ou l’oiseau endémique de Nouvelle-Zélande), sont très accueillants, sympathiques et font naturellement confiance. À titre d’exemple, je me souviens d’un wwoofing où nous n’avions pas encore vu notre hôte, nous avions simplement échanger avec elle par message. Étant indisponible le jour de notre arrivée, elle nous a directement proposé de laisser les clés de sa maison sous le paillasson afin que nous puissions rentrer. Nous avions été très surpris de cette confiance accordée naturellement. Et puis, de manière générale, les Kiwis aiment bien discuter avec les étrangers, poser des questions et s’intéresser (le chauffeur de bus comme votre voisin de camping).


Se déplacer sur les deux îles

De prime abord, le pays peut sembler petit mais détrompez-vous, on met souvent du temps pour aller d’un point A un point B. Certes il y a un bon réseau routier (surtout sur l’île du Nord) mais d’une part, il y a de nombreuses routes de graviers (les « Gravel roads ») quand il s’agit d’accéder à des spots reculés, notamment pour faire des randonnées, et d’autre part, il y a souvent des travaux dûs aux intempéries (inondation, éboulement, enneigement…). De plus, les routes peuvent être aussi étroites, sinueuses et on y croise parfois du bétail (surtout dans l’île du Sud). Il faut donc rouler avec prudence d’autant plus que la conduite se fait à gauche.

À noter que le pays dispose seulement de 3 autoroutes payantes situées dans l’île du Nord : la Northern Gateway entre Auckland et Whangarei ainsi que les routes Eastern et Takitimu Drive à Tauranga. Contrairement à la France, il n’y a pas de péage et vous devez aller payer votre trajet en ligne (voir à la fin de l’article les liens pratiques).

De mon point de vue, le meilleur moyen de se déplacer en Nouvelle-Zélande est le van même si ce n’est pas la solution la plus écologique je vous l’accorde. Je trouve que le voyage en van fait clairement partie de l’expérience et apporte une sensation de liberté inédite, un mode de vie singulier. 

Les avantages du van :

-> Vous pouvez aller dormir dans des spots reculés en pleine nature surtout si votre van dispose d’une certification « self contained ». Cette dernière prouve que vous pouvez vivre 3 jours minimum en autonomie. Ainsi votre van est équipé de deux réservoirs de 25 litres chacun : un pour l’eau potable et un autre pour les eaux usées ainsi qu’un évier relié au bidon d’eaux usées, une poubelle fermée et fixe, un WC portable. Dans tout le pays, vous disposez de multiples « dump stations » pour vider vos eaux usées et remplir votre bidon d’eau potable. Cette certification a peut être changé donc je vous conseille de vérifier la réglementation en vigueur. Je précise aussi qu’il y a de multiples toilettes à tous les endroits, vous n’avez même pas besoin d’utiliser votre WC portable.

-> Vous n’avez pas besoin de réserver des nuits d’hôtels ! Exit le stress et welcome l’aventure !

-> Vous renouez avec le rythme de mère nature. Vous admirez le coucher de soleil chaque soir, vous vous réveillez avec le chant des oiseaux et les rayons de soleil qui se glissent entre les rideaux et vous dégustez votre petit-déjeuner au beau milieu de la nature. N’est-ce pas merveilleux ?!

Les inconvénients :

-> Le principal inconvénient c’est d’être à l’étroit quand il ne fait pas beau et surtout quand vous n’avez pas choisi un van rehaussé.

-> Vous ne pouvez pas forcément prendre une douche quand vous le souhaitez, il faut s’arrêter dans des campings ou dans les piscines qui proposent des douches payantes.

-> Cuisiner dans un van n’est pas toujours évident mais on s’habitue vite quand même !

Et puis il n’y a pas que le van comme mode de transport. Nous avons croisé des voyageurs en vélo, en stop, en bus, à pied… Chacun sa manière de découvrir le pays et chacun son rythme. 


La gastronomie néo-zélandaise

En tant que française, je suis obligée de parler de la nourriture ahah. 

Alors il n’y a pas véritablement de plats typiques néo-zélandais mise à part le « hangi » ; un plat traditionnel maori à déguster dans la ville de Rotorua. Il s’agit d’un plat à base de légumes et de viande cuit, de manière ancestrale, dans une fosse avec des pierres volcaniques chauffées. 

La gastronomie néo-zélandaise est plutôt un mélange d’influences ; britannique, polynésienne, asiatique. Vous pourrez donc manger des « meat pie » (tourte à la viande et aux légumes), des « fish and chips » mais aussi des kiwis (à la peau rugueuse ou lisse), des feijoas (fruits exotiques à déguster nature ou sous forme de confiture, chutney, liqueur…), des kumaras (similaire à des patates douces), des moules fumées dans la région du Coromandel (elles ont la particularité d’être grosses et charnues de la taille d’un pouce) ou encore des moules vertes. 

Je vous rassure, il y a aussi des options végétarienne et vegan dans les restaurants et je dirais même bien plus qu’en France ! Et puis il y a de multiples restaurants coréens, chinois, indiens etc. Il y a donc le choix pour tout le monde.

Si vous préférez cuisiner vos plats, vous pourrez arpenter les marchés locaux et les supermarchés. Vous trouverez aussi sur la route des producteurs locaux qui proposent leurs fruits et légumes à moindre coût, vous n’avez qu’à vous servir et glisser l’argent dans une petite boite dédiée. Tout est basé sur la confiance et ça fonctionne très bien !


Quelques endroits incontournables

–> SUR L’ÎLE DU NORD

Northland

La région du Northland, c’est toute la pointe de l’île du Nord, située au dessus d’Auckland. Il y a de multiples parcs régionaux pour se balader et découvrir les oiseaux, des plages au sable blanc et à l’eau limpide comme celle de Matapouri, des grottes de vers luisants les « Waipu caves », la « Bay of Islands » pour observer les dauphins, le musée Waitangi Treaty Grounds (lieu de naissance de la Nouvelle-Zélande et un endroit incontournable pour comprendre la manière dont les relations entre maoris et colons se sont établis), les dunes de sables du Cap Reinga (la pointe du Nord où la mer de Tasman et l’océan Pacifique se rejoignent), la Waipoua Forest pour admirer les kauris, des arbres gigantesques et sacrés disséminés dans la forêt.

Tongariro Alpine Crossing

Le parc national du Tongariro regroupe trois volcans en son coeur ; les monts Tongariro, Ngauruhoe et Ruapehu. Il forme la limite sud de la zone volcanique de Taupo qui fait partie de la ceinture de feu du Pacifique. Ces volcans sont encore tous actifs et les dernières éruptions remontent à 2012. C’est aussi le lieu de tournage le plus connu du Seigneur des anneaux où cette région représente le Mordor.

Le Tongariro Alpine Crossing passe entre le mont Tongariro et le mont Ngauruhoe via le « Red Crater » sur 19,4 km. Des navettes font des trajets entre les parkings de début et de fin ce qui vous permet de réaliser la randonnée en une journée assez dense. Le paysage est volcanique, lunaire et bien entendu il change suivant les saisons. De notre côté, nous avons effectué la randonnée à la fin de l’hiver donc les sommets étaient encore enneigés.

Rotorua

La ville de Rotorua est très prisée pour sa culture maorie et son activité géothermique. Une forte odeur d’oeuf pourri (qui est en fait du soufre) s’échappe de la ville avec des gaz prenant la forme de vapeur. Vous pouvez manger un hangi, le plat traditionnel maori, vous adonner à de multiples sports de sensation et surtout visiter des zones thermales pour découvrir des cratères, des lacs colorés bouillonnants, des fumerolles et des geysers. Les composants chimiques (soufre, silice, arsenic, oxyde de fer, manganèse…) créent une vaste palette de couleurs naturelles qui vaut le coup d’oeil !

Mont Taranaki

Le Mont Taranaki est situé dans le sud ouest de l’île du Nord où l’on peut voir au loin la mer de Tasman. C’est un volcan au repos qui culmine à plus de 2 000 mètres d’altitude. Il a une forme de cône et il est considéré comme un des plus symétriques au monde. Il y a plusieurs sentiers de randonnée pour admirer ses différents versants. 

–> SUR L’ÎLE DU SUD

Mont Cook 

Le Mont Cook ou Aoraki (« le perceur de nuages » en maori) est le point culminant de la Nouvelle-Zélande avec ses 3724 mètres. Il fait partie des Alpes du Sud. Pour y accéder, vous longez le lac Pukaki d’un bleu incroyable. Si vous louez un van, vous pourrez même camper au bord du lac. Pour moi, c’est l’un des plus beaux endroits à visiter. Un sentier de randonnée (facilement accessible à tous) vous emmène devant un petit lac, gelé en hiver, et une vue magique sur le Mont Cook. 

Wanaka & Queenstown dans l’Otago

J’ai eu un coup de foudre pour cette petite ville nichée devant un lac où nous avons habité plusieurs mois. Les paysages sont incroyables, il y a de multiples randonnées dans les alentours dont la populaire « Roys Peak » qui vous offre une vue magnifique sur le lac. L’ascension est plutôt difficile et, au sommet, vous êtes récompensé par une orde de touristes qui font la queue pour prendre une photo. Sincèrement, ça vaut le coup ! À quelques kilomètres de Wanaka, il y a aussi le lac Hawea beaucoup plus calme et loin de la foule, un endroit absolument magique. La randonnée d’Isthmus Peak vous permet d’avoir une vue sur le lac. Pour finir, je vous conseille aussi d’aller faire un tour dans la ville de Queenstown, bordée par le lac Wakatipu, où vous trouverez de multiples activités et randonnées tout autour. Et n’oubliez pas d’aller manger un burger à Fergburger ou Devilburger.

Fiordland

Le parc national du Fiordland est sans aucun doute l’endroit le plus célèbre de Nouvelle-Zélande. Il comprend le Milford Sound et le Doubtful Sound qui constituent des anciennes vallées glacières envahies par la mer. Vous y découvrez une vallée bordée de parois rocheuses tombant à pic tels des murs. C’est l’un des endroits les plus pluvieux au monde donc n’oubliez pas votre imperméable ! La pluie lui confère une atmosphère encore plus mystique. Vous pouvez prendre un bateau de croisière qui vous emmène jusqu’au large afin d’admirer la grandeur des fiords et vous rapprocher des nombreuses chutes d’eau. 

Pour éviter les bus touristiques, je vous conseille de vous y rendre à la fin de l’hiver en septembre ou octobre. La route sinueuse qui vous conduit vers le Milford Sound offre déjà un spectacle incroyable avec des paysages variés et la découverte des kéas, ces perroquets alpins de couleur olivâtre. Seule consigne, ne leur donnez surtout pas à manger (comme le font malheureusement de nombreux touristes), c’est une espèce en voie de disparition à cause de l’activité humaine. 

Heaphy Track

La côte ouest est un paradis pour les randonneurs. La nature abondante parsemée de cascades, forêts et rivières est un terrain de jeu rêvé pour tous les amoureux de la nature. La « Heaphy track » est une randonnée à effectuer sur plusieurs jours avec une alternance de mer, montagne et forêt. La dernière partie de la Heaphy track offre un spectacle digne de Jurassic Park avec une immense forêt vierge, une rivière et un pont suspendu. 

Bien entendu il y a bien plus que 8 spots incontournables en Nouvelle-Zélande, c’est juste un aperçu. Nous avons vu de multiples endroits incroyables et la liste serait bien trop longue. Je pense que ce genre de voyage nécessite du temps avec de l’organisation tout en laissant place à l’imprévu. 


La faune et la flore de Nouvelle-Zélande

La flore de la Nouvelle-Zélande est riche et luxuriante grâce à la fois aux fortes précipitations et au grand ensoleillement. J’ai eu souvent l’impression de marcher dans des forêts enchantés et que j’allais croiser un druide ou un elfe. La végétation endémique est verte, dense et émerveillante. On y croise de multiples variétés de fougères (emblème du pays), des kauris géants (le plus grand arbre local), des pohutukawas (surnommés l’arbre de Noël car il produit des fleurs rouges vives en décembre au début de l’été), une grande variété de mousses et lichens…

Concernant la faune, je précise de suite qu’il n’y a aucune espèce dangereuse contrairement en Australie. En fait, la Nouvelle-Zélande abritait une grande variété d’oiseaux dans ses forêts primitives. Son caractère insulaire et l’absence de prédateur ont rendu les ailes de certains oiseaux inutiles. Ainsi plusieurs espèces endémiques sont dans l’incapacité de voler comme le kiwi, le takahé, le wéka ou le kakapo. C’est l’arrivée des prédateurs amenés par les humains qui ont menacé l’extinction de multiples espèces. En 2018, un plan de préservation de la biodiversité locale a été mis en place par le pays.

Le kiwi, symbole national du pays, est une espèce en voie d’extinction et il est difficile de les voir à l’état sauvage. Il faut se munir d’une lampe torche la nuit et faire le moins de bruit possible. Pour être sûr d’en apercevoir un, je vous conseille de rejoindre des groupes d’observation nocturne avec des guides spécialisés. 

Lors de vos randonnées, vous entendrez de multiples chants d’oiseaux comme celui très réputé du « tui » et du « bellbird », le « fantail » viendra danser près de vous. Suivant l’endroit où vous vous trouvez, vous verrez aussi des albatros, des « oystercatchers » en bord de mer, des pigeons locaux beaucoup plus colorés que les nôtres, des fous de Bassan et de multiples autres espèces du moment que vous observez. Ce site des DOC (Department of Conservation) vous permettra d’apprendre le nom des oiseaux : Birds A-Z. La faune marine est aussi riche avec des baleines, des dauphins, des phoques, des manchots…


Des liens pratiques

. Pour connaître les événements dans chaque ville : Eventfinda

. Pour réserver des activités et profiter de réductions : Book me

. Pour payer l’autoroute où vous devez indiquer votre plaque d’immatriculation dans la rubrique « Buy or Pay a toll » : Toll Roads

. Une application indispensable pour trouver des wc, douches, camping, banques, stations services, points d’intérêt etc : CamperMate

. Le bon coin version kiwi : Trade me

. L’ambassade de France en Nouvelle-Zélande : Ambassade de France à Wellington  

. La carte des DOC (Department of Conservation) pour regarder et planifier toutes vos randonnées : DOC maps

. Un site dédié au tourisme dans le Northland

. Le guide des pvtistes en Nouvelle-Zélande qui vous permet d’avoir pléthore d’informations par thème

. Pour vous familiariser avec les expressions néo-zélandaises avec le youtuber néo-zélandais « How to dad » : « How to understand New Zealand slang

Si vous avez oublié certaines choses sur place, je vous conseille d’aller faire un tour au magasin « The warehouse » où vous trouverez de multiples produits à prix réduit. Si vous avez un budget plus élevé et que vous souhaitez investir dans des vêtements techniques, il y a de multiples magasins comme « Kathmandu » mais cela coûte souvent cher. Vous ne  trouverez pas de magasin type Décathlon donc pensez bien à vous équiper en amont. Sinon vous pouvez toujours acheter de la seconde main en passant par des sites d’annonces (type « Trade me » ou « Post a note ») ou en postant sur le groupe Facebook « Les français en Nouvelle-Zélande ».

Si vous souhaitez voir d’autres photos, je vous invite à consulter la rubrique voyages de mon site.

Voilà j’espère que cet article vous aura donné envie d’aller faire un tour en Nouvelle-Zélande !

Belle journée à tous,

Sophie Zamora

Facebook
Instagram
Pinterest